7- Endettement

Vous avez pu lire comme nous l'article publié le 18/05/2011 en page 2 du journal "La République".

Il a amené une réponse de notre part que nous avons adressée à la rédaction du journal.

la voici :

* Rappel de l'artice : "Nay obligée de geler des investissements" A Nay, c'est la réalisation d'une zone d'activités qui a été gelée pour cause "d'endettement très élevé" selon le directeur des services, Thomas Pascal. Ici, la dette (7 millions fin 2010) flirte avec les 2000€ par tête de pipe ! C'est donc assez logiquement que la chambre régionale des comptes, venue faire un audit l'an passé,"a demandé qu'il y ait une pause au niveau des investissements et que les impôts soient augmentés", explique le DGS, en poste depuis janvier. Le maire Guy Chabrout, a recemment renégocié l'échéancier de la dette. heureusement pour Nay, les recettes communales seraient plutôt à la hausse du fait, notamment, de la construction de 200 logements programmés sur 2 ans.

* Remarques de notre part adressées (par mail) en guise de réponse à la rédaction du journal.

A l'attention de Mr Bruyere en réponse à l'article de Mr Cayron : Nay obligée de geler des investissements. "

Conseillers municipaux d'opposition à Nay, nous tenons à apporter des précisions suite à l'article intitulé "Nay obligée de geler des investissements" paru le 18 mai 2011, sous la plume de Mr Cayron.

Dans cet article, il est dit notamment qu'une "zone d'activités a été gelée pour cause d'endettement très élevé" or cette zone d'activité, projet de l'ancienne municipalité devait être réalisée sous la maîtrise d'ouvrage de la mairie.

La nouvelle municipalité arrivée en mars 2008 a chamboulé tous ces plans et a décidé de revendre les terrains destinés à cette zone et d'en confier la réalisation à des promoteurs privés.

Trois ans ont passé et rien de concret n'est sorti de terre, ce projet n'est donc pas gelé, il ne fait que dormir.

Une des premières conséquences de ce retard est l'installation dans la galerie marchande du futur SuperU de Bénéjacq d'une agence du Crédit Agricole alors que celle ci était initialement prévue sur la zone d'activité tertiaire de Nay.

Ce choix de la municipalité est bien entendu antérieur à la demande de la chambre régionale des comptes qui conseille une pause au niveau des investissements et une augmentation des impôts.

Nous rappelons aussi , pour une information exhaustive qu'en mars 2001 (fin mandature Triep) l'endettement était de 4.2 millions d'€ ; en mars 2008 (fin mandature Malterre) l'endettement était de 6.5 millions d'€ (7 millions d'€ fin 2010) et que en mars 2014 compte tenu des investissements prévus l'endettement devrait avoisiner les 9 millions d'€.

Nous rappelons que la population Nayaise est actuellement de 3584 habitants ce qui fait un endettement de de 1953€ pour être précis par "tête de pipe" comme il est dit (familièrement !!) dans l'article.

Il faudrait que les 200 logements "prévus" et non "programmés", puisque 90% d'entre eux sont d'initiative privée, apportent un supplément de 1024 habitants pour que l'on reste à ce taux d'endettement. Ce qui fait, à peu près, une moyenne de 5.1 habitants par logements.

On peut toujours rêver ...

Nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Jean Pierre Bonnassiolle, Térèse Fillastre conseillers municipaux (d'opposition) à Nay."